Edito de Marie-Arlette CARLOTTI

Ministre Déléguée en charge des personnes en situation de handicap et de la lutte contre l'exclusion

« Osez nos compétences » : voilà pour ce salon un titre manifeste qui dit l’essentiel. Les personnes en situation de handicap ont des compétences, des capacités et elles veulent que leurs productions de biens, de services soient achetées pour leur qualité, parce qu’elles répondent aux besoins de leurs clients, parce qu’elles sont livrées en temps et en heure. Etablissements et  services d’aide par le travail et  entreprises adaptées ont naturellement une fonction médico-sociale et sociale qui justifie le soutien que l’Etat leur apporte. Mais pour leurs clients, ce sont d’abord des entreprises, des fournisseurs à l’égard desquels il y a des exigences de qualité, de réactivité qui correspondent à leurs besoins. Qu’en plus recourir à un établissement de service et d’aide par le travail ou à une entreprise adaptée soit aussi un moyen de répondre à des obligations légales, c’est une considération normale mais elle ne peut venir qu’en second lieu dans les critères de choix.

Edito de Marie-Arlette CARLOTTI

Chaque jour je reçois des témoignages de la qualité des productions des entreprises adaptées et des établissements de service et d’aide par le travail. Je sais tout le travail de professionnalisation qui  s’accomplit chaque jour, les efforts considérables de mise à niveau des normes qui sont aujourd’hui la règle dans notre économie, normes de qualité ou environnementales sans pour autant négliger de répondre aux besoins spécifiques de leurs salariés ou de leurs usagers. J’ai vu dans les établissements de service et d’aide par le travail et les entreprises adaptées des équipements qui sont ceux d’entreprises modernes qui investissent, qui innovent. J’ai dialogué avec des directeurs des achats de grandes entreprises qui m’ont dit leur satisfaction de pouvoir travailler en confiance avec ces fournisseurs auxquels, il y a encore quelques années, ils hésitaient à recourir. Le « travail protégé » ou « adapté » est aujourd’hui un fournisseur auquel ses clients recourent parce qu’ils y trouvent la réponse à leurs besoins. Qu’en plus cela réponde à une prise de conscience de la responsabilité sociétale de l’entreprise, à une volonté non seulement d’obtenir un résultat économique mais aussi de soutenir le développement des communautés, des territoires dans lesquels ces entreprises s’inscrivent, la citoyenne et la ministre applaudissent.

J’ajouterai que cette manifestation témoigne en plus d’une volonté de travail en commun que je salue. « Osez nos compétences » n’est pas un salon comme tant d’autres où coexistent des concurrents. Son organisation est en elle-même une manifestation de solidarité. Les établissements de service et d’aide par le travail et les entreprises adaptées qui sont présents pourraient être seulement des concurrents, ils se veulent aussi complémentaires et je sais que ce salon est aussi l’occasion de préparer des rapprochements pour des offres communes plus performantes qui accroitront l’efficacité et pérenniseront l’emploi au sein du secteur.

Publiée le jeudi 18 juillet 2013


HAUT